La profondeur de champ définit la zone de netteté dans une image. Plus elle est importante, plus il y a de plans nets dans l’image. En photo de paysage ou d’architecture par exemple, une grande profondeur de champ permet de montrer toute l’étendue de la scène, du premier au dernier plan.

Une faible profondeur de champ permet de limiter la zone de netteté au sujet principal et d’estomper les autres plans grâce à un léger flou. Lorsqu’on regarde une photo, l’œil étant naturellement attiré par ce qui est net, l’usage d’une faible profondeur de champ permet de centrer l’intérêt sur un sujet en particulier. Pour un portrait, par exemple, une faible profondeur de champ permet de guide le regard sur le visage du modèle alors que les objets situés devant le sujet, ou les éléments de décors en arrière-plan paraitront secondaires.

Crédit photo : Vincent Lambert

La gestion de la profondeur de champ se fait grâce à la valeur d’ouverture de diaphragme. Plus la valeur est élevée (F22, par exemple), plus la profondeur de champ sera importante. Ci-dessous, la valeur de diaphragme est de F4, c’est une valeur assez basse pour détacher un visage de l’arrière-plan.

Astuce : pour gérer la valeur d’ouverture de diaphragme, utiliser le mode semi-automatique « A ». Il vous permet de vous concentrer sur le dosage de profondeur de champ, l’appareil règle alors automatiquement les autres paramètres (temps de pose, sensibilité) pour assurer une bonne exposition de la photo.

Si en portrait on utilise souvent une faible profondeur de champ, l’image ci-dessous utilise à l’inverse une grande profondeur de champ, permettant d’avoir net à la fois la plante au premier plan et le modèle. Ainsi on installe le sujet dans son décor. A noter que plus il y a d’éléments nets dans l’image, plus la composition doit être soignée.

Observez la très faible profondeur de champ de ce paysage urbain. Elle donne l’impression que la scène est une maquette, alors qu’il s’agit d’une ville portuaire à taille réelle. Cet effet peut être créé avec des objectifs spéciaux à bascule, mais certains appareils comme le D5500 permettent d’ajouter cet effet « Miniature » de manière logicielle : à expérimenter !

La notion de profondeur de champ est un élément fondamental de la prise de vue. Elle est abordée dès les premières formations destinées aux débutants, comme « Contrôlez la profondeur de champ», mais elle est traitée dans la majorité des formations de la Nikon School, car c’est un outil d’écriture photographique dont le dosage fin peut donner des résultats très créatifs.

Commentaires