Le portrait en studio, lumière dure ou lumière douce, c’est le choix du photographe

Beaucoup de photographes sont très intimidés par la photographie en studio et pensent que cette pratique est réservée à une élite. Une fausse croyance serait que pour éclairer un sujet il faut utiliser de nombreuses sources, alors que bien souvent, une seule source permet de créer de nombreuses atmosphères différentes.

Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique

D’ailleurs, un portrait c’est une lumière principale et une seule.

J’insiste sur cette notion de lumière principale car le photographe pourra aussi mettre en place des éclairages secondaires qui auront pour but d’éclairer le fond, d’éclairer les cheveux, de « décrocher » le sujet du fond. Mais, aussi longtemps que l’éclairage principal n’a pas été mis en place, aussi longtemps qu’il n’a pas créé le climat psychologique qui correspond à l’intention photographique formulée en amont, il ne sert à rien de mettre en place les sources secondaires.

Qualité ou quantité de lumière ?

La quantité de lumière correspond bien entendu à l’intensité de la lumière. Nous partons du principe que vous maîtrisez la manière d’apporter la quantité de lumière que vous souhaitez et nous ne l’abordons pas ici.

La qualité de lumière, quant à elle, correspond au fait que la lumière soit dure ou douce et qu’elle créée des ombres marquées ou diffuses. C’est donc bien la qualité de la lumière qui crée l’ambiance que vous souhaitez donner à votre scène : et si vous souhaitez créer une ambiance sereine ou au contraire générer une tension dans votre image, vous allez devoir jouer sur la qualité de la lumière.

Frédéric par Gérard. La tension lisible sur le visage est accentuée par le choix d’une lumière dure.

Frédéric par Gérard. La tension lisible sur le visage est accentuée par le choix d’une lumière dure.

Gala, par Gérard. Ici, le visage baigne dans une lumière douce, qui favorise une ambiance sereine.

Gala, par Gérard. Ici, le visage baigne dans une lumière douce, qui favorise une ambiance sereine.

Comment peut-on différencier lumière dure et lumière douce ?

Pour différencier les différents types de qualité de lumière, le critère principal à retenir est la zone de transition qui définit le passage des zones éclairées aux zones d’ombre. Les lumières dures sont caractérisées par le passage brutal et très précis entre ces zones, avec des ombres aux contours nets. Les lumières douces quant à elles sont caractérisées par un passage très  progressif et doux avec des ombres aux contours très flous.

Ci-dessous, on distingue sur l’image du haut des ombres marquées sur le visage ainsi qu’une ombre portée très nette sur le fond. Ces ombres sont la signature d’une lumière dure. Sur l’image du bas, la lumière douce est caractérisée par le fait que l’ombre portée a pratiquement disparu et que le contraste de l’image est faible.

Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique
Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique

Comment faire varier la qualité de lumière ?

La chose important à mémoriser ici est que la qualité de la lumière dépend de la surface éclairante dirigée vers le modèle. De manière générale, pour qu’un point du sujet soit éclairé, il doit « voir » la surface éclairante (la lumière). En effet, si votre visage est à l’ombre du soleil, vous ne pouvez voir le soleil : il ne vous éclaire pas.

Pour cette raison, il y a un lien étroit entre la surface à éclairer (le sujet) et la surface éclairante. Plus la surface éclairante sera grande, plus il y aura de points du sujet qui seront vues par cette surface et donc plus la lumière enveloppera le sujet et l’éclairera de manière douce.

Façonneurs de lumières

C’est ce souci de créer une lumière qui « enveloppe le sujet » qui a donné naissance aux accessoires permettant d’augmenter la taille de la surface éclairante, telles que les bols, les boîtes à lumière, les parapluies, et qu’on appelle les façonneurs de lumière.

Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique

Dans l’exemple ci-dessous, le mannequin en haut, est éclairé par une source de 30cm et la lumière est dure. A droite, l’utilisation d’un parapluie permet d’agrandir  la surface éclairante à 1m, et la lumière est douce.

Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique
Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique

Retenez donc que plus la source sera grande, plus la lumière sera douce et plus la source sera petite, plus la lumière sera dure.

Taille relative

Attention néanmoins, plus que la surface réelle de la source, c’est la surface qu’elle représente, vue par le sujet, qui importe. La taille de la surface éclairante doit être évaluée par rapport à la taille du sujet.

Ci-dessous, la source de 30cm qui éclaire notre boîtier D5 est relativement petite et génère une lumière dure, caractérisée par l’ombre portée très marquée. En revanche cette même source qui éclaire le boîtier « modèle réduit » apportera une lumière douce sur ce sujet, et l’on voit que l’ombre portée est presque effacée.

Tutoriel : le portrait en studio avec une source d'éclairage unique

Il faut donc bien considérer la taille relative entre le sujet et la surface éclairante, et non la seule taille réelle de la source.

Distance de la source

Il faudra aussi noter que le déplacement de la source aura un impact sur la taille relative de la source. En effet, plus la source s’éloigne du sujet, plus il la perçoit de taille inférieure.

Le meilleur exemple nous est fourni par le soleil qui est une source d’une très grande taille (pour mémoire son diamètre est 100 fois supérieur à celui de la Terre) mais il est situé à 150 millions de kms de la Terre. Dans le ciel, il sera perçu comme une source de petite taille par le sujet éclairé et donnera une lumière très dure. A contrario, par temps nuageux : le sujet n’est plus éclairé directement par le soleil, mais par la vaste surface éclairante formée par les nuages. La lumière est alors beaucoup plus douce.

En résumé

Une lumière douce sera générée par une grande surface éclairante. Par « grande » il faut comprendre grande relativement par rapport au sujet et par rapport à la distance qui la sépare du sujet.

Pour fixer les idées : un plan américain (à mi-cuisses), c’est-à-dire une hauteur d’environ 1m, éclairée par un parapluie de diamètre 1m, sera éclairé par une lumière douce, à condition, que le parapluie soit au maximum à 2 mètres du sujet.

Retenez de manière plus générale que quand la taille de la surface éclairante est égale ou supérieure à la taille de la surface à éclairer, et la distance surface éclairante- surface à éclairer inférieure ou égale à 2 fois cette taille, la transition ombre-lumière est progressive et la lumière est plutôt douce.

Cet article, dont le contenu est issu de la formation « l’Art du portrait en studio » nous a permis de mettre en évidence la notion de qualité de la lumière, et de comprendre comment la gérer. D’autres notions sont abordées dans cette formation, notamment la direction de la lumière, autre notion très importante en éclairage, d’où découlent les principaux schémas d’éclairage (Split, Rembrandt, Loop, Butterfly, Rim).

Gérard Planchenault

Formateur Nikon School depuis 1999

Commentaires