Le photographe Anthony Ghnassia a eu l’opportunité de partir en reportage au festival de musique californien Coachella et de repousser les limites du Nikon D4S.

Bonjour Anthony, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Passionné de photo depuis mon plus jeune âge, j’ai arrêté l’école tôt pour m’y consacrer. A 15 ans, je décide de passer mon CAP Photo,  principalement pour la technique (tirage, shoot à la chambre, techniques de retouche etc). Pendant mes années d’alternance dans un laboratoire photo, je cherchais un maximum de projets à réaliser dans l’événementiel, alors je suis entré en contact avec des organisateurs de soirée sur Paris. C’est comme ça que j’ai pu obtenir ma première accréditation pour les « FG DJ AWARDS » en 2007, mon Nikon D300 en mains pour le photocall et le redcarpet avec les plus grands DJ du moment et les plus grands photographes d’agence !

En 2008, j’intègre la prestigieuse agence de presse SIPA et depuis je vis de ma passion à travers tous types d’événements : avant-première, lancements de produits, soirées privées, concerts, Festival de Cannes, etc.

L’évolution des appareils m’aide aussi beaucoup. Nikoniste depuis la première heure, j’ai eu le bonheur d’avoir entre les mains toutes les gammes de boitiers allant du D300, en passant par le D800, ou encore le D4S.

En parallèle, le monde des DJ m’a toujours attiré, j’ai donc tout fait pour entrer dans cet univers. Devenir son propre commercial, c’est 70% du métier de photographe aujourd’hui. Je suis donc devenu le photographe officiel de la famille Guetta, de DJ Michael Canitrot ou plus récemment de DJ Snake, que j’accompagne souvent en tournée à travers le monde.

Fort de mes rencontres pendant toutes ces années, je décide de créer ma propre agence de photo en 2013 : Vision by AG, afin de réellement prendre mon envol.

Comment avez-vous obtenu l’opportunité de partir couvrir le Festival de Coachella ?

L’aventure Coachella, car oui c’est une véritable aventure, est née de l’envie commune de couvrir cet événement avec le magazine Public. C’est donc tout naturellement que j’ai accepté l’invitation, lorsque Leslie Benaroch (chef de service à la rédaction) m’a proposé le sujet.

Quel est votre meilleur souvenir sur ce projet ?

Revenir avec le sentiment de se dire « Ok je l’ai fait ! » Car ce festival est une vraie quête à la limite du spirituel, au beau milieu d’une sorte d’oasis avec 100 000 personnes qui font la fête autour de huit grandes scènes occupées par de prestigieux artistes.

J’ai pu profiter de très belles prestations et principalement celle de Pharrell Williams. Quand le show commence, je suis positionné plein axe aux côtés de Reuters et l’AFP et équipé du Nikon D4S. Premières animations vidéo sur les écrans, Pharrell entre sur scène. Face à lui, je réalise à ce moment-là ma plus belle photo du Festival. Image totalement à contrejour, la silhouette de Pharrell se dessine… S’ensuit une prestation incroyable, 1h de show au milieu des montagnes du désert … Magnifique !

Quelles sont vos impressions sur le Nikon D4S ?

Dans des situations pas forcement évidentes, le Nikon D4S a vraiment été le couteau-suisse parfait pour couvrir ce Festival. Passer de la photo concert à quelque chose de plus people avec les VIP présents, fut d’une simplicité enfantine. La cadence de prise de vue m’a vraiment permis d’attraper des émotions intactes à l’image, de passer de l’extérieur sous un soleil de plomb a une salle très sombre, ne plus avoir peur de passer le pallier des 3 200 ISO et exploser tous les codes de prise de vue.

Vrai boitier de reporter, il aura vécu une mini tempête de sable ! J’ai réellement senti la résistance en tout point ! Seule ombre au tableau : quand j’ai du m’en séparer pour le rendre, je me suis senti obligé d’aller en acheter un rapidement, car impossible de redescendre de gamme !

Quels sont vos futurs projets ?

Il y a tout d’abord l’emménagement dans de nouveaux locaux pour juillet puis, une grande campagne nationale d’affichage à découvrir à la rentrée, des tournées à travers le monde avec différents DJ, encore des festivals et enfin, de petites vacances ! Vision by AG suit sa route.

Anthony Ghnassia

"Nikoniste depuis la première heure, j’ai eu le bonheur d’avoir entre les mains toutes les gammes de boitiers allant du D300, en passant par le D800, ou encore le D4S."

son matériel

Commentaires