Justine Jugnet est une photographe de mode travaillant pour le studio Le Carré à Lyon. Spécialiste de la photo de mode et de portrait elle nous parle de son travail et de sa dernière série réalisée… dans l’eau !

Comment as-tu commencé la photo ?

J’ai commencé la photo un peu par hasard, en me baladant dans les bois avec une amie, à faire des photos avec son appareil. A l’origine, j’étais surtout douée sur Photoshop ; quand s’est posée la question des études, j’ai visité des Ecoles à Lyon, dont une école de photo (Ecole de Condé), et je me suis dit « pourquoi pas ? ». C’était le point de départ de mon aventure photographique.

Quels sont tes domaines de prédilection ?

Mes domaines de prédilection sont la mode et le portrait. J’aime jouer sur ce que dégagent les visages et les corps ; en collaboration avec des stylistes, des maquilleurs, des coiffeurs, j’essaie de sublimer les modèles afin d’exprimer des émotions à travers les images. Il m’arrive aussi de réaliser des travaux un peu plus « corporate » (c’est-à-dire en entreprise), comme la mise en valeur de produit (« packshot »), ou bien de travailler pour des particuliers, notamment sur des mariages de temps à autre.

Je fais partie du Studio le Carré à Lyon, ce qui me permet de faire énormément de choses différentes, d’apprendre en sortant de ma zone de confiance comme par exemple en faisant de l’architecture, de l’hôtellerie ou encore de l’événementiel.

Peux-tu nous parler de ton projet « âme sensible » ?

Âme sensible est un projet axé sur des portraits serrés, où le regard et l’émotion sont au cœur de la photographie, que je réalise depuis maintenant plus d’un an. Sensualité, tension et fragilité sont les maîtres mots des portraits de cette série. Ce n’est jamais vraiment prévu à l’avance. J’ai eu la chance de faire financer une partie du projet d’exposition grâce au site Ulule (également partenaire de Nikon pour le Nikon Film Festival), je cherche maintenant un lieu pour cette exposition.

A voir sur le site de justine : www.justinejugnet.com

Tu as récemment emporté un Nikon 1 AW1 pour une séance photo sous-marine… peux-tu nous en parler ?

Quelle appréhension la première fois que j’ai dû l’immerger ! « Est-ce que j’ai bien suivi la notice ? Est-ce que tout est bien fermé ? ».

Mais une fois l’appareil sous l’eau, petit bonheur, tout va bien, il fonctionne ! Il faut s’habituer un peu au style de prise de vue ; avec la modèle, on teste, on regarde, on analyse, je lui donne des instructions pour savoir comment se placer… Pas facile, mais on aime le challenge ! Il faut dire que notre piscine n’était pas bien grande donc nous avons vite été limitées, mais une fois l’appareil en main, une fois le petit temps d’adaptation à la prise de vue sous l’eau passé, on profite, on s’amuse.

Pour toi, une bonne photo c’est … ?

Pour moi une bonne photo, c’est une photo qui me fait ressentir quelque chose.

Commentaires