« Accroche-toi à tes rêves » disait le petit mot qui accompagnait le cadeau de son père.  Un conseil que Ross Harvey a suivi à la lettre. Le cadeau était un Nikon D700. C’était Noël 2009. Un an plus tard, Ross avait quitté son travail de graphiste pour s’adonner à plein temps à son activité de photographe de mariages.

Après le milieu de la mode et des mannequins, « les mariages se sont naturellement imposés », déclare-t-il. Dans les ateliers qu’il dirige aujourd’hui, Ross donne aux autres le conseil qu’il a lui-même suivi : identifiez votre compétence la moins développée et approfondissez-la jusqu’à ce qu’elle devienne votre principale force.

Un couple s’embrasse sur une photo prise avec l’objectif préféré de Ross, un 35 mm f/1.4G :
Un couple s’embrasse sur une photo prise avec l’objectif préféré de Ross, un 35 mm f/1.4G. « Je suis un inconditionnel du 35 mm » déclare-t-il. D3S, AF-S NIKKOR 35 mm f/1.4G, ISO 800, 1/250 sec @ f/2.8

L’exemple donné par Ross est le suivant : « Je n’étais pas très à l’aise avant à I’idée de faire des portraits. Cela peut être assez intimidant, parce que vous êtes seul face au couple et devez faire preuve de créativité tout en étant rassurant.

« Lorsque j’ai compris ce qui m’effrayait, j’ai proposé aux personnes qui avaient réservé pour leurs mariages des séances photo gratuites pendant leurs fiançailles. Cela m’a donné l’occasion d’effectuer de nombreux portraits de couples supplémentaires. Au fil des ans, ils sont devenus l’une de mes principales forces. Aujourd’hui, je leur dois beaucoup des réservations que je reçois pour les mariages. »

Un cliché dans le style documentaire pris pendant les préparatifs d’un mariage, en recourant à un mélange de techniques :
Un cliché dans le style documentaire pris pendant les préparatifs d’un mariage, en recourant à un mélange de techniques. D750, AF-S NIKKOR 58mm f/1.4G, ISO 180, 1/250 sec @ f/1.6

Ross croit fermement que la confiance favorise la créativité, qu’elle est la clé de la réussite. « Au cours des 15 à 20 dernières années, j’ai fait beaucoup de recherches en physique, en physique quantique, en biologie, en psychologie et en philosophie », dit-il. J’ai compris que la performance n’était pas liée à des facteurs externes. C’est dans la tête.

Prenez deux personnes. C’est l’état d’esprit émotionnel de chacune d’elles qui déterminera la qualité de leur interaction ou de leur performance. J’ai déployé de nombreux efforts pour avoir confiance et foi en mon travail. C’est ce qui m’a vraiment permis de me débarrasser de toute appréhension. »

Portrait de nuit sans flash de la mariée :
Portrait de nuit sans flash de la mariée. D750, AF-S NIKKOR 35 mm f/1.4G, ISO 5000, 1/250 sec @ f/1.6

Selon Ross, la confiance se traduit par de meilleures photos, d’où une meilleure approche narrative, « car aucune remise en question n’est nécessaire. On n’est pas en proie au doute qui encombre notre esprit, qui nous fait penser que ce n’est pas assez bon. On se contente de se fier à son instinct.

Cela passe par la confiance en son équipement,  qui doit permettre de s’exprimer de façon créative.  J’ai essayé plusieurs appareils photo et je n’étais jamais satisfait. Ils n’étaient pas assez rapides, ce qui bridait ma créativité et m’empêchait de travailler comme je le souhaitais. Avec le Nikon D700, puis le D3S et le D750, la vitesse n’est plus un problème et je peux faire les choses exactement comme je le veux sans aucune restriction. Les appareils photo font partie intégrante de mon approche créative. »

Une dernière danse intime à la fin d’un mariage. Cette photo illustre parfaitement les possibilités offertes par l’extraordinaire Nikon D750 :
Une dernière danse intime à la fin d'un mariage. Cette photo illustre parfaitement les possibilités offertes par l’extraordinaire D750. D750, AF-S NIKKOR 35 mm f/1.4G, ISO 12800, 1/80 sec @ f/1.4

Ross apporte à ses images une touche documentaire. Il aborde les mariages comme un photojournaliste. Il déclare que certaines de ses idoles, comme le photographe de rue Alex Webb ou le photojournaliste James Nachtwey, l’ont aidé à comprendre qu’on peut faire un reportage tout en étant créatif et en produisant des images fidèles à la réalité.

Portrait original pris pendant les préparatifs d’un mariage :
Portrait original pris pendant les préparatifs d’un mariage. D3S, AF S NIKKOR 35 mm f/1.4G, ISO 6400, 1/250 sec @ f/1.4

« Je me rappelle mon premier mariage », dit-il. « Je n’avais jamais rencontré le couple auparavant. Les mariés étaient des amis d’amis qui avaient aimé mes photos à caractère social. J’avais en effet fait quelques travaux gratuitement pour des familles avant les mariages. Les mariés avaient adoré ces photos, mais je n’avais jamais photographié quiconque en pareil contexte ni vu un photographe de mariages à l’œuvre. C’était donc véritablement le grand saut. Ces photos ne ressemblent en rien à ce que je fais aujourd’hui, mais pour une première tentative, elles n’étaient pas kitch comme peuvent l’être les photos de mariage classiques. »

Le père et la mère de la mariée découvrent leur fille juste avant la cérémonie :
Le père et la mère de la mariée découvrent leur fille juste avant la cérémonie. D750, AF-S NIKKOR 35 mm f/1.4G, ISO 1000, 1/250 sec @ f/2

Au jour d’aujourd’hui, Ross a été récompensé par de nombreux prix dans son domaine. Il photographie les mariages au Royaume-Uni et à l’étranger. Il explore actuellement la photographie de rue et de voyage. Lorsqu’on l’interroge sur ce qui a fait le succès de son agence et de sa marque, il répond tout simplement : « Je pense que c’est la foi. Et le désir. Sans ces deux ingrédients, on ne peut pas se dépasser. »

Pour en savoir plus sur le travail de Ross, rendez-vous sur : www.rossharvey.com

Les informations techniques sont disponibles en légende des photos en mode plein écran.

Ross Harvey

Photographe professionnel spécialisé dans le mariage, il est actuellement basé en Angleterre.

Commentaires