Connaissez-vous « l’ Urbex » ? En anglais, c’est la contraction d’ « Urban Exploration », une pratique encore confidentielle mais en plein essor chez les curieux de tout poil. A la recherche de lieux atypiques, et souvent difficiles ou interdits d’accès, les explorateurs modernes s’infiltrent, photographient et partagent avec le commun des mortels ce qu’ils ont découvert. David de Rueda, photographe pratiquant cette discipline, nous en dit plus…

Photo : Chute infernale par David de Rueda

Bonjour David, qui es-tu ?

Je suis un photographe de 24 ans habitant le Sud de la France. Etudiant, je termine en ce moment mon diplôme de commerce. Mon histoire avec l’image a débuté en vidéo, lorsque je réalisais des petits courts-métrages avec les compacts numériques de l’époque. La photographie a pris le pas sur la vidéo quelques années plus tard, puis est venu le premier reflex, en 2008. Depuis, je vadrouille !

(Photo : L’envol par David de Rueda)

Qu’est-ce que l’urbex ?

Faire de l’urbex (ou de l’exploration urbaine), c’est partir à la découverte de lieux inaccessibles et souvent inconnus du commun des mortels. Il peut s’agir d’endroits abandonnés (bâtiments en tous genres, hôpitaux, manoirs, friches industrielles…), mais aussi des coulisses de nos villes : souterrains, catacombes, toits, galeries… Tout ce auquel on ne prête guère attention habituellement ou auquel on ne penserait pas avoir accès et qui pourtant offre un potentiel de découverte incroyable.

(Photo : Indiana par David de Rueda)

Ces lieux sont souvent dangereux, qu’est-ce qui te motive tout de même à y pénétrer ?

Ces lieux m’ont toujours fasciné. Ils attisent ma curiosité car ils montrent une réalité différente de ce que l’on à l’habitude de voir. C’est ce qu’ils dégagent qui m’intrigue et m’inspire et une fois à l’intérieur, ce sentiment est encore plus intense! L’ambiance que l’on peut trouver dans certains endroits est parfois si lourde que la vie passée y est presque palpable. J’aime arpenter ces endroits, m’imprégner de leur atmosphère et tenter de la représenter en images.

(Photo : Star Wars par David de Rueda)

Quel est l’endroit le plus incroyable que tu aies découvert ?

Le lieu le plus fou restera probablement une ancienne prison que j’ai visité il y a quelques années. C’était une visite de nuit qui aurait pu faire penser à une infiltration. Malgré les cinq années d’abandon, tout était en place à l’intérieur, comme s’il y avait eu un départ précipité la veille. Saisissant !

(Photo : Overlook Hotel par David de Rueda)

Quelle est la limite que tu t’imposes dans tes explorations ?

Certains bâtiments sont dangereux car fragilisés par le temps, je regarde donc toujours où je mets les pieds. Les produits chimiques, dans les lieux confinés par exemple, peuvent également représenter un danger. Je marche la plupart du temps à l’instinct, et si quelque chose me semble un peu trop dangereux, j’étudie la situation.

(Photo : Beast par David de Rueda)

Quelles sont les spécificités de la photo d’exploration urbaine ?

Beaucoup de photos sont prises dans des conditions d’éclairage relativement difficiles, un trépied n’est donc pas un luxe. Un objectif grand angle, voire ultra grand angle est pour moi un « must-have » pour tirer le maximum des différentes scènes.

Nikon propose dans sa gamme d’objectifs des optiques grands angles très lumineuses comme l’AF-S NIKKOR 24mm f/1.4G, l’AF-S NIKKOR 28mm f/1.8G et l’AF-S NIKKOR 35mm f/1.4G.

(Photo : La chambre de Kurtis par David de Rueda)

Quel matériel emportes-tu avec toi ?

Je voyage le plus léger possible : un Nikon D300s, un objectif Sigma 10-20mm, un AF-S DX NIKKOR 35mm f/1.8G, un trépied compact et une bonne lampe torche.

Un petit conseil à nos lecteurs ?

Si l’envie vous prend de tenter l’aventure, soyez prudents et discrets. Les risques sont bien réels, il faut en être conscient, car ce n’est pas la balade du dimanche. Ensuite, faites-vous plaisir et partagez vos découvertes !

(Photo : Carbon par David de Rueda)

Retrouvez David de Rueda sur son site urbex.fr et sa page flickr

L’exploration urbaine est une activité comportant des risques importants. Les lieux condamnés le sont souvent pour de bonnes raisons : vétusté des fondations, pollution des sols etc. Nous vous recommandons vivement de ne pas vous aventurer dans des lieux interdits au public.

 

Découvrez également la série « Urban Escape » par David de Rueda et son reportage au coeur de l’Amérique abandonnée.

Commentaires